Sondage sur la vie privée à l’époque du numérique

Le journal Les Affaires publiait hier un article intéressant au sujet des résultats d’un sondage récent du Pew Research Center quant à la mesure à laquelle les Américains sont prêts à sacrifier leur vie privée en échange de rabais ou de meilleurs services numériques.

On apprend dans le rapport du Centre que les usagers varient passablement dans leur tolérance au risque et dans la mesure selon laquelle ils se disent généralement prêts à mettre leur vie privée de côté, selon les avantages qu’ils en retireraient. Par exemple :

« 27% […] des sondés jugent acceptable qu’un « thermostat intelligent » suive les mouvements des occupants de leur maison pour réduire potentiellement leur consommation d’électricité. » C’est à mettre en contraste avec la statistique citée par le rapport selon laquelle près de deux fois ce nombre d’usagers accepte que leurs achats soient épiés si cela peut leur permettre d’obtenir des rabais.

Ce qu’il ressort de cette étude, selon moi, c’est l’illustration du fait que nous devons tous désormais, de façon quotidienne, faire des choix en matière de renseignements personnels et de vie privée, que nous mettons dans la balance selon le choix qui s’offre alors à nous.

Ce genre de statistique est évidemment d’un grand intérêt pour les détaillants et les fournisseurs qui veulent savoir jusqu’où ils peuvent aller dans ce qu’ils proposent (certains diront imposent) aux consommateurs. Malheureusement, plutôt que de nous offrir de belles réponses sans ambiguïté, ce sondage révèle plutôt que (selon l’article) « Lorsqu’il est question de leur vie privée, la majorité des gens ont tendance à considérer leurs options au cas par cas ». Bref, cela dépend… intéressant, certes, mais pas très concluant, disons-le.