Ma voiture, cet espion de ma vie privée?

La Presse Canadienne et les médias rapportaient récemment que le Commissaire à la protection de la vie privée se penche actuellement sur la pléthore de données que peuvent désormais capter et emmagasiner nos voitures de plus en plus intelligentes.

Difficile pour les conducteurs de comprendre et de savoir quelles données exactement sont captées ou rassemblées et comment. Votre voiture peut-elle retracer vos pas ? Enregistrer vos excès de vitesse ? La réalité, c’est que les données que peuvent dorénavant recueillir nos véhicules, particulièrement combinées à d’autres renseignements (notamment qui est propriétaire ou assuré sur tel ou tel véhicule), peuvent en révéler énormément sur nous. Malheureusement, selon certains, les constructeurs automobiles tardent à informer adéquatement les conducteurs quant aux données que génère dorénavant leur véhicule (et leurs habitudes de conduite), que ce soit directement ou indirectement.

Le commissariat aurait financé une étude de la Freedom of Information and Privacy Association de la Colombie-Britannique à ce sujet. Selon ce rapport, les données colligées par les voitures intelligentes intéresseraient notamment des annonceurs. Par exemple, plusieurs pourraient être mal à l’aise avec la perspective de voir s’afficher sur l’écran de contrôle de leur véhicule une publicité pour une station-service à proximité, au même moment où le véhicule les avise que le réservoir est presque vide. Oui, c’est vers cela qu’on se dirige potentiellement…

Mentionnons au passage qu’il est difficile, pour l’instant, de savoir même ce qui existe comme données de ce genre… Ne sachant pas ce qui est colligé, difficile de concevoir que les individus puissent gérer l’utilisation de ces renseignements.

Dans l’état actuel des choses, on a aussi peu ou pas d’outils pour gérer la façon dont de tels renseignements sont utilisés ensuite… comme c’est souvent le cas pour les objets connectés de l’ère de l’Internet des objets. Aussi, pour me faire l’avocat du diable (qui n’est pas l’un de mes clients réguliers, je vous l’assure), l’une des difficultés pour régler ce problème a trait à l’absence d’interface, outre le tableau de bord du véhicule. Chaque propriétaire de véhicule aurait peut-être besoin d’un compte d’usager chez tel ou tel manufacturier (par son site Web, par exemple), créant ainsi un lien encore plus direct entre l’individu et ce fabricant… vous voyez où tout cela se dirige.

Bien que certains recommandent la création de normes précises pour la protection des renseignements personnels par les constructeurs automobiles, en définitive on peut ramener ce problème à un problème de respect des règles et des lois existantes, selon moi, à moins que nous désirions (comme société) imposer des normes encore plus sévères pour les véhicules. L’Internet des objets comporte simplement son lot de défis pour les fabricants, souvent peu habitués à se pencher sur la question des données et des renseignements personnels.