Webcaméras et Journée de la protection des données

Je l’ignorais, mais il semble que le 28 janvier a été désigné comme Journée de la protection des données personnelles (ou, en anglais, Data Privacy Day). Cette initiative existe, semble-t-il, depuis plusieurs années et vise à sensibiliser les gens à l’importance de la protection de leurs renseignements personnels. Eh bien, personnellement, je n’en avais jamais entendu parler, bien que je m’intéresse à la question depuis un bon moment. Il faut bien dire que je ne crois pas que la journée officielle en question dispose du même genre de soutien de notre gouvernement qu’aux États-Unis ou en Europe, par exemple.

À tout événement, il s’agit essentiellement d’une façon de promouvoir la dissémination de l’information et les discussions relatives aux questions de protection des renseignements personnels. Belle initiative donc, à laquelle le Canada participe en principe.

L’article qui m’a fait découvrir cette initiative m’a d’ailleurs mené directement au site de l’organisme américain StaySafeOne.org, lequel regorge de ce qui me semble être de l’information et des outils de qualité en matière de données personnelles. Par exemple, le site contient un répertoire des liens utiles pour configurer ses préférences quant aux Privacy Settings (paramètres relatifs aux renseignements personnels) pour une trentaine d’incontournables de l’Internet, dont Amazon, Facebook, Google, Skype, Bing et Twitter.

Dans une drôle de synchronicité, je tombais aussi hier sur un article de l’Actualité (quelque peu similaire à un article américain qu’un contact avait porté à mon attention il y a de cela plusieurs jours) au sujet de l’existence d’un véritable moteur de recherche des webcaméras non sécurisées. Il semble que nombre de webcaméras vendues sur le marché sont dotées de si piètres dispositifs et/ou paramètres de sécurité qu’on puisse à loisir épier ce qui est capté par ces appareils. Tant et si bien que le moteur SHODAN (destiné à l’Internet des objets) comprend désormais une section caméras, qu’on peut consulter à loisir pour voir des scènes diverses de partout sur la planète, incluant certaines clairement captées à l’intérieur du domicile d’individus.

Il s’agit là d’un exemple de plus des risques de fuites de renseignements personnels et d’éléments de la vie privée des individus quand de nouvelles technologies entrent en scène.