Premier recours collectif autorisé au Québec quant aux retombées d’une attaque informatique sur un détaillant

La Cour supérieure du Québec accueillait récemment une requête visant à faire autoriser un recours collectif lié à l’intrusion informatique chez TARGET en 2013.

Ce recours vise à indemniser les consommateurs dont les données étaient parmi celles qui ont été pillées à la société TARGET par des pirates informatiques, incluant les coordonnées et les données de paiement. Ce recours au Québec vient ainsi s’ajouter aux plus de quatre-vingts recours de ce genre déjà déposés à l’échelle nord-américaine contre TARGET quant à cet incident.

Une fois devant les tribunaux du Québec, la société TARGET a été incapable de convaincre le juge de la Cour supérieure qu’en tant que société américaine, elle serait désavantagée de façon démesurée par son implication dans un litige au Québec.

Il s’agit à ma connaissance d’un premier recours collectif qu’on permet par rapport à une affaire de violation de la vie privée (fuite de renseignements personnels) suite à une intrusion informatique. Ici, à noter que le demandeur allègue avoir subi des inconvénients divers (notamment quant aux démarches qu’il a été contraint de faire) et un préjudice lié au stress occasionné par la nouvelle de l’intrusion informatique en question, après que TARGET ait fait défaut d’aviser les victimes en temps opportun.