La technologie des chaînes de blocs à l’aide des registres gouvernementaux: c’est l’avenir, pas de doute

Compte tenu de son potentiel, la technologie des chaînes de blocs continue de se présenter comme candidate pour toutes sortes d’utilisations éventuelles. La plus récente dont parlent les médias concerne une proposition que faisait récemment IBM aux membres du gouvernement de la Colombie-Britannique visant le commerce futur du cannabis. Oui, vous avez bien lu: IBM, gouvernement et cannabis dans la même phrase.

Pour ceux et celles qui ne seraient pas au courant de ce développement technologique, la technologie des chaînes de blocsBlockchain », en anglais) émerge depuis quelques années comme une façon viable et nouvelle de tenir des registres. Son utilisation la plus frappante jusqu’à maintenant : les « cryptomonnaies » comme BITCOIN, ETHEREUM, etc. L’utilité et le potentiel de cette technologie dépassent cependant largement les cryptomonnaies. En fait, prétendre que l’utilité du concept des chaînes de blocs se limite aux monnaies virtuelles serait un peu comme si, lors de l’invention de l’ordinateur, on avait prétendu que l’utilité d’un tel appareil se limitait à aider les humains à effectuer des calculs mathématiques. Certes, il y a de cela, mais il y a plus, bien plus!

À titre informatif, ce que cette invention a de révolutionnaire, c’est surtout qu’elle offre une façon de créer et de gérer un registre de façon distribuée dans la communauté des usagers du système en question. Contrairement à ce qu’on devait faire jusqu’à maintenant, cette invention élimine le besoin d’avoir un seul registre que détient, contrôle et met à jour une seule entité. Cette façon de faire a de nombreux avantages, dont celui d’assurer une transparence et une sécurité quasi parfaites du registre en question, que tous peuvent consulter en tout temps, mais qu’aucun ne peut réellement modifier de façon non autorisée. Dans les contextes où la transparence est de mise, c’est idéal comme concept, notamment afin de permettre à tous, en tout temps, de savoir ce qui s’échange dans le système en question.

L’idée pourrait d’ailleurs être appliquée à toutes les sortes de registres imaginables, des actions de sociétés aux pièces d’automobiles, en passant par des diamants, des médicaments, de la nourriture et même, pourquoi pas, des transactions immobilières. Le potentiel de cette invention s’avère immense, pas de doute.

C’est dans ce contexte que les banques et les gouvernements (grands utilisateurs de registres) s’intéressent à la technologie des chaînes de blocs. D’ici quelques années, de très nombreux systèmes de transactions et d’échanges utiliseront les chaînes de blocs afin d’assurer la sécurité des échanges entre les participants au système. C’est du moins ce que croient plusieurs acteurs du domaine technologique. Les grandes entreprises informatiques font d’ailleurs actuellement beaucoup de recherche et de développement afin de créer des solutions qui utilisent cette invention. L’idée a été lancée; ne reste qu’à en faire des choses utiles et appliquées qui combleront les besoins des organisations et des entreprises.

Un bon exemple : le Conseil national de recherche du Canada mettait récemment en ligne un registre (de ses subventions octroyées) et utilisant la technologie des chaînes de blocs, à titre essentiellement de prototype. Pour l’instant, ce registre n’est qu’un test visant à démontrer la viabilité et la faisabilité de créer et d’utiliser de tels registres – et cela fonctionne! Si vous êtes curieux, vous pouvez le consulter en ligne ici. Bien que ce soit essentiellement un démonstrateur, cette vitrine nous montre à quoi ressembleront les registres de ce type, qui seront sans doute adaptés à toutes sortes de sauces à l’avenir.

Pour en revenir à l’exemple récent d’IBM et du cannabis, ce qu’on proposait justement au gouvernement provincial de la C.-B. est d’envisager d’adopter et de mettre en œuvre une solution technologique pour sécuriser la chaîne d’approvisionnement et de distribution éventuelle du cannabis, par l’entremise d’une solution technologique commercialisée par IBM basée sur l’idée des chaînes de blocs. Fidèle à l’idée derrière cette technologie, IBM propose ainsi un système par lequel le gouvernement d’une province pourrait mettre en œuvre un registre public du cannabis légalement produit. Ce registre serait ensuite utilisé pour suivre la progression de chaque unité de produit, de sa conception (même au stade de la semence, en fait) jusqu’à sa vente éventuelle à un consommateur. Dans un tel système, le registre distribué serait toujours disponible pour visionnement par tous et (en pratique) impossible à falsifier, ce qui s’avérerait idéal à des fins de stabilité et de transparence d’un tel registre public, particulièrement pour un type de produit dont le contrôle strict s’avère important. Résultat, les gouvernements, les entreprises, les distributeurs et les consommateurs auraient tout à gagner.

J’ignore pour l’instant si c’est le cas, mais je ne serais pas du tout surpris d’apprendre qu’IBM a aussi présenté sa solution technologique au gouvernement du Québec, aussi en phase de créer son système de commercialisation du cannabis.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s