Photo by Christopher Gower on Unsplash

Intelligence artificielle, musique bien réelle: Warner endisque un algorithme

Le magazine musical Rolling Stone rapportait récemment que la maison d’édition musicale Warner Music vient d’ajouter l’algorithme qui est le fruit du travail de l’entreprise Endel aux artistes de son écurie et qu’elle en publiera cette année les œuvres. Warner aurait déjà lancé 5 des 20 albums qui seront issus de ce contrat cette année.

La musique que produit l’algorithme en question plaît à un auditoire qui cherche à relaxer, à réduire son anxiété ou à favoriser sa concentration grâce à de la musique instrumentale. En fait, le projet Endel a une approche novatrice en matière de composition musicale, prenant en compte certains éléments que lui fournissent les adeptes de cette musique (par exemple leur localisation, leur rythme cardiaque, la météo actuelle chez eux) afin de leur fournir une expérience musicale taillée sur mesure, par exemple, en personnalisant la musique qu’ils entendent selon le moment de la journée ou l’activité à laquelle ils s’adonnent à tel ou tel moment.

Cette histoire d’algorithme mis sur disque par Warner est un exemple d’une tendance à laquelle on assiste désormais, à savoir que dans l’état actuel de la technologie, des algorithmes sont maintenant capables de création d’éléments et/ou de créations nouvelles du type que seuls les humains étaient traditionnellement aptes à créer. C’est bien réel, les programmes d’ordinateur (par ex. d’IA) peuvent désormais créer des œuvres et des inventions; ces algorithmes peuvent désormais s’avérer aussi des compositeurs et des interprètes d’œuvres musicales.

Pas doute, on est réellement à une époque où le droit devra apprendre à composer avec ces créateurs non humains, y compris en décidant comment (et si) la P.I. s’appliquera à ce genre de créations. Beau casse-tête en perspective! Dans le cas d’Endel, par exemple, l’article de Rolling Stone indique que le collectif aurait finalement décidé de déclarer que tous les membres de l’équipe (ayant conçu l’algorithme) étaient les auteurs de la musique résultante, aux fins de l’application du régime du droit d’auteur.